Présentation

Le Cercle Cobalt – Zététiciens Hérétiques

Le Cercle Cobalt est une équipe de six zététiciens, dont certains sont issus de la recherche universitaire ou ont travaillé dans un domaine scientifique.

La raison d’être du Cercle Cobalt est d’appliquer la méthode zététique à une série de théories et d’auteurs faisant autorité, alors qu’il s’agit de pseudo-sciences et de théoriciens du complot.

Par exemple, savez-vous que certains chercheurs analysent le raisonnement sociologique de Pierre Bourdieu comme étant conspirationniste ?

Court traité de complotologie – Pierre-André Taguieff

Avez-vous déjà essayé de lire Pierre Bourdieu ? Peut-être vous êtes-vous demandé s’il était normal que sa lecture soit aussi pénible et déroutante, imaginant que vous n’aviez pas le niveau pour le lire. Rassurez-vous, c’est Bourdieu le problème ! Le sociologue Richard Jenkins dans son livre Pierre Bourdieu Key Sociologists au chapitre 7, explique qu’il arrive à Bourdieu d’écrire n’importe quoi :

Examinons donc tout d’abord les écrits de Bourdieu dans la mesure où ils pourraient faire partie d’une stratégie visant à maintenir et à renforcer sa propre distinction, sa réputation et son statut. Il a isolé trois aspects du discours académique qui sont liés à des stratégies de cette catégorie. Le premier est le “style élevé” : des façons de parler longues et compliquées, une distanciation consciente du langage ordinaire, la définition idiosyncrasique des mots par opposition à leur signification conventionnelle, etc. L’écriture de Bourdieu est constamment caractérisée par tous ces éléments, et aucun d’entre eux n’est mineur. Il a d’ailleurs décrit sa propre pratique littéraire comme “une lutte permanente contre le langage ordinaire”[31], une lutte qu’il remporte bien entendu en général ! Bien que j’aie constamment essayé dans ce livre d’utiliser les citations de Bourdieu les plus directes et les plus compréhensibles que j’ai pu trouver – dans les limites de l’approprié – même celles-ci serviront, je le soupçonne, à faire valoir le point de vue. Tout lecteur qui souhaite être davantage convaincu est invité à se référer à mon exemple préféré de ses pires excès linguistiques : la phrase qui commence à la ligne cinq de la page xiv de la traduction anglaise de Peter Collier de Homo Academicus. Elle dure seize lignes, compte plus de 160 mots et constitue, franchement, une monstruosité inutile (sans parler du fait qu’elle est presque totalement inintelligible). Et il ne serait pas trop difficile de trouver beaucoup d’autres exemples de ce genre.
Les néologismes et les termes apparemment techniques abondent dans l’œuvre de Bourdieu. Ici, les gloses ou explications qu’il fournit lui-même trahissent souvent leur caractère superflu ou redondant. Il parle, par exemple, de :

des caractéristiques du discours destiné à signifier la modalité toxique des propos, c’est-à-dire à inspirer la croyance en la vérité de ce qui est dit, ou d’autre part à faire remarquer qu’il ne s’agit que d’un faux-semblant…

Bourdieu, et plus généralement une partie de la sociologie, charrie un ensemble de théories pseudo-scientifiques, conspirationnistes, sans aucune preuve. Les auteurs du Cercle Cobalt ont par exemple démystifié l’hypothèse du racisme systémique dans plusieurs articles.

Le Cercle Cobalt ne connaît pas de frontières idéologiques pour la simple raison que nous rejetons les croyances de notre époque. L’une des croyances les plus tenaces présente dans le monde universitaire est l’environnementalisme. La croyance en la socialisation comme force déterminant le destin social des individus. Les adeptes de l’environnementalisme pensent qu’un enfant adopté par une famille riche et éduquée n’aura aucune différence d’intelligence et de réussite par rapport aux enfants naturels.

On peut multiplier les exemples qu’implique la croyance environnementaliste mais le principe constitutif de cette croyance est le rejet du déterminisme biologique. Toute approche biologique des faits sociaux est criminalisée et perçue comme dangereuse. Ainsi les chercheurs, principalement en sociologie, produisent des tautologies pour expliquer la stratification sociale.

Le consensus scientifique est la pierre de touche des zététiciens. Lorsqu’un groupe de chercheurs dans un domaine s’accorde sur des concepts et des descriptions de la réalité en raison d’une accumulation de données et de preuves, il est logique de suivre le consensus. C’est un principe chez les zététiciens. Mais lorsqu’il s’agit du QI, de la réalité biologique de l’intelligence, des différences génétiques moyennes des populations humaines, ce principe est oublié.

Quid de Robert Plomin, du GCTA, du GWAS et du score polygénique de l’intelligence.

Les acquis de la science sont tout simplement ignorés par l’idéologie, ce que nous, au Cercle Cobalt, refusons de faire.

La création du Cercle Cobalt

Moi, Hassan, j’ai créé le Cercle Cobalt dans la logique de mon propre cheminement intellectuel d’émancipation par rapport aux idéologies et aux croyances de notre époque.

J’ai été pendant des années un militant politique communiste et j’ai longtemps pensé que l’environnement façonnait les gens. Je pensais que nous étions le produit de la réalité sociale dans laquelle nous avons grandi. J’ai appris à raisonner de manière conspirationniste grâce au marxisme et à l’idée d’une classe sociale dominante qui fabrique la réalité pour ses propres intérêts.

Il serait fastidieux de raconter précisément le chemin qui a été le mien mais la primatologie et le transhumanisme ont été deux sujets clés qui ont constitué un séisme intellectuel dans mes convictions. Je peux citer deux livres en particulier :

  • Humanité 2.0 – la Bible du changement par Ray Kurzweil
  • La Politique du chimpanzé Sexe et pouvoir chez les singes de Frans De Waal.

Humanité 2.0 : la bible du changement: Amazon.fr: Kurzweil, Ray: Livres

Amazon.fr - La Politique du chimpanzé - Waal, Frans de, Desmond, Morris, Ammicht, U., Thierry, B. - Livres

J’ai réalisé avec la primatologie, et plus généralement avec la biologie, que nos comportements étaient façonnés par l’interaction entre notre génome et notre environnement. Le transhumanisme m’a fait comprendre que les oppositions politiques actuelles sont obsolètes et ne mènent à rien.

Je pense que la croyance environnementaliste est la plus forte et domine la majorité des esprits.

J’ai créé le Cercle Cobalt pour constituer un groupe de zététiciens qui ont, à travers leur parcours personnel, acquis des convictions similaires aux miennes et ont eu pour objectif de réaliser un travail difficile mais nécessaire.

Et pourquoi Hérétique ?

Notre collègue Thomas Durand de la Tronche en Biais offre la meilleure réponse : « sans hérésie, pas de pensée critique ! »

Les membres du Cercle Cobalt

Hassan 

Karl

Anthony

Maxime

Michel

Julien

Si vous vous reconnaissez dans ces objectifs et souhaitez participer au projet du Cercle Cobalt, vous êtes les bienvenus.

hassan@cercle-cobalt.fr